AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Retour du Phoenix | Terminée |

Aller en bas 
AuteurMessage
Fanlore Di Mentouba
{ Inquisiteur Sentrosi }
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 30
Surnom (mutant) : Le Phoenix
Lien fiche : plop
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Le Retour du Phoenix | Terminée |   Mer 2 Avr - 21:10





    | Nom | Mentouba

    | Prénom | Fanlore

    | Age | 26 ans

    | Surnom de Mutant | Sentrosi - Le Phoenix

    | Physique |


    Fanlore est un garçon, une fille, une chose, sans importance ... Non, en fait Fanlore est un garçon de taille imposante bien que particulièrement fin et svelte. Son allure limite androgyne - révélée principalement par sa tenue plus que par son style vestimentaire - donne de lui une idée fausse de faiblesse, en effet, Fanlore possède une force incroyable déjà par rapport à lui mais surtout parce qu'il est probablement l'être le plus fort que l'univers ait connu.
    Un visage très efféminé, une bouge large aux lèvres fines, des dents du blancheur irréelle, un front haut surplombant deux grands yeux légèrement tirés vers l'extérieur du visage, yeux dans lesquels on peut voir brûler Sentrosi. Les sourcils noirs contrastent avec la pâleur de la peau et de ses longs cheveux mais s'apparentent par leur finesse à ce bel ensemble.
    Bel ensemble souvent vêtu de noir, mauve, rouge ou blanc, amateur de tenues artisanales, culturelles, pleines d'images et illustrations diverses mais aussi des vêtements les plus simples de l'époque ; jean et T-shirt, chemise de temps à autre.


    | Caractère |


    Caractériellement Fanlore est presque exactement l'inverse de ce qu'il est physiquement. Hargneux, dévergondé, hors-la-loi, libertin, colérique. Quelques avants-goût de ce qu'est Fanlore dans la vie de tous les jours. Bien que fondamentalement gentil et parfois un peu altruiste, Fanlore reste généralement sarcastique, irrespectueux envers l'autorité et joueur avec ceux qui sont sous la sienne. La force de son caractère n'est cependant pas suffisante pour le rendre fou. N'entendons pas qu'il n'est pas fou, juste que ça n'a rien à voir avec son caractère.
    En effet, bien qu'un tantinet déjanté, Fanlore n'en est pas moins d'une extrème droiture et d'un sens moral irréprochable.


    | Relation avec les humains normaux |


    Loin d'être aussi violent que jadis Fanlore reste assez distant et ... joueur. Faire tourner les humains en bourrique sera toujours pour lui un jeu bienvenu pour les moments où le moral est au plus bas, comme les moments où le moral est au plus haut, rien ne peut l'empêcher de s'amuser ; on ne se refait pas. En revanche Fanlore ne tuera plus un seul humain.


    | Don |


    Le Phoenix. C'est à dire que Fanlore peut agir sur tout ce qui tient du matériel et aller contre les lois de la physique, le seul détail nécessaire est ... le feu. Fanlore est d'abord un apparent pyrokinésiste, vérité vite démentie par sa capacité à se couvrir de flammes sans brûler ce qui fait de lui beaucoup plus qu'un simple pyrokinésiste. Mais plus, Fanlore est entièrement fait de flammes et d'une espèce de lave corporelle solidifiée. au lieu du sang c'est de la lave incandescente qui brûle le long de ses veines ; non-seulement son corps ne peut pas se défaire par le temps ou les armes. Si son corps est abîmé, il est instantanément réparé. De plus, tant qu'une étincelle brillera dans l'univers, Fanlore vivra, ou plutôt devrait-on dire qu'il est la conscience du Feu. Sentrosi, l'âme du Feu, le Phoenix ; c'est un tout. Partout où il y a une flamme, il y a Fanlore. Autant dire que les amoureux se laissants aller à leurs ébats avec pour seule source de lumière quelques bougies ne sont pas à l'abris de ses regards ...


    | Défaut du don |


    A être partout on ne sait plus où mettre de la tête et Fanlore a tendance à être toujours à l'Ouest, l'air absent se fichant complètement des autres. De plus, sa conscience ne supporte plus sa longévité. Même si sa vie est aussi longue que le réel, Fanlore ressent le temps pareillement à tout un chacun ce qui renforce sa lassitude et son désir de mourir.


    | Qualités | Amusant, Consciencieux, Beau-parleur

    | Défauts | Sarcastique, Hors-la-loi, Colérique

    | Poste souhaité | Professeur - Inquisiteur


    | CODE BON |


Dernière édition par Fanlore Di Mentouba le Ven 18 Avr - 15:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanlore Di Mentouba
{ Inquisiteur Sentrosi }
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 30
Surnom (mutant) : Le Phoenix
Lien fiche : plop
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Le Retour du Phoenix | Terminée |   Mer 16 Avr - 23:42

| Histoire |

*Qu'ai-je fait ?*

"Les jurés ont débattu. Le mutant Fanlore Di Mentouba, dit Le Phoenix, est condamné à la peine capitale à l'unanimité pour les meurtres de ..."


    Alors que la liste des victimes d'un tueur fou est faite oralement par le juge, un jeune homme à la place de l'accusé baisse la tête, apparemment accablé par son sort. On lui fait signe de se lever, il obéit, redresse la tête et foudroie la foule d'un regard aussi rouge que le sang qui ne coule plus dans ses veines.


"Messieurs les jurés, monsieur le juge, quand vous m'aurez tué, je retrouverai ma liberté et vous aurez laissé impuni un des mutants les plus dangereux que ce monde ait connu. Abandonnez cette sentence et condamnez-moi à la vie de servitude ou je disparaîtrai une fois les gaz dissous dans l'air."


    Les hommes se regardent et se tournent tous vers le juge. Celui-ci pose sur l'accusé un regard plein de mépris.


"Vous avez fait un beau geste en vous rendant, Fanlore Di Mentouba, mais vos crimes doivent être châtiés, votre don a disparu, vos flammes ne viendront pas vous sauver aujourd'hui."


    Le jeune homme émit un rire sans joie et prit un air condescendant ; mais lorsqu'il parla c'est une voix glaciale qui vint jouer avec les tympans du juge.


"Je drape la vile nudité de ma scélératesse par quelques vieux haillons volés à l'évangile et passe pour saint à l'heure où je fais le diable."


    Après avoir consciencieusement laissé s'installer un silence lourd, le jeune homme se leva et avança vers sa mort prochaine.


*Qu'ai-je fait?*


| Tu as agi comme tu le fais toujours, sans réfléchir. |


*Non, pas aujourd'hui, le poids de l'éternité a commencé à se faire ressentir ... Alors j'ai compris quelle était mon erreur. Quand Joy a essayé de m'arrêter, elle m'a frappé avec une force que je n'aurais pas soupçonnée et je n'ai même pas été blessé. Et quand je l'ai tuée, elle n'a pas été en mesure de me résister. C'est son regard qui m'a fait réfléchir. Elle m'a paru déçue, juste déçue. Et moi je suis condamné à me souvenir de ce regard pour l'éternité à venir ...*


    Le jeune homme ne pouvait pas mourir. Autrefois peut-être, alors il luttait pour survivre. Aujourd'hui le magma qui bouillait en lui était définitivement inextinguible. Alors qu'il marchait vers le confessionnal, son enfance ressurgît par brides. Tous ces détails qu'il avait oubliés après la première prise de contrôle du Phoenix. Français et aristocrate de pure souche, il avait eut dans ces premières années de vie une éducation idéale. Une culture générale large et une mémoire hors du commun, il était la fierté de ses parents. A douze ans le don de Fanlore avait commencé à apparaître. Ce fut le début d'un long drame à commencer par l'internement dans une maison de redressement du garçon. La maltraitance devint son lot quotidien et sans son don, s'échapper était hors de question. Alors le temps passa et dans cet environnement hostile, l'enfant sage devint un adolescent violent et ... fou ... Oui, fou, il avait visiblement perdu le sens des réalités. Il ne se souciait plus de devoir frapper avant d'être frappé et il prenait plaisir à voler la victoire de l'adversaire au moment où cela pensaient l'avoir matté. Mais surtout, l'autre était arrivé. Une étrange voix désincarnée qu'il était le seul à entendre.
    Il s'en était étonné et plaint au début mais cette voix s'avérait amusante et elle lui avait donné une chance de s'en sortir. La voix lui avait proposé de prendre le contrôle de son corps pour les sauver tous les deux. Désireux de découvrir le monde, Fanlore avait accepté. Alors tout est allé très vite; l'autre avait un miracle en assommant les deux colosses qui accompagnaient le médecin. Il empêcha ce dernier de lui administrer la piqûre qu'il rendait impossible l'emploi du don. Dans quelques minutes, il sentirait cette langoureuse chaleur lui revenir et alors ...

    Quelques heures plus tard, les flammes avaient dévoré la prison de Fanlore et tous ses locataires. Hélas la suite ne l'avança guère, pendant plusieurs années il erra sans but, mais il n'était plus lui-même. Avoir vu la mort frapper le centre et ses occupants l'avait stupéfié. Plus rien désormais ne serait pareil. Et c'est dans cet état d'esprit que Fanlore était entré à NickroN. Violent et indomptable, il avait réussi à s'attirer l'attention de tous les professeurs et de nombre des élèves. Il y était resté pendant près de deux ans, avant de rejoindre les alliés d'Eddy Bonns, le mutant qui voulait détruire la grande école.


* Et je l'ai aidé. *


    On ouvrit une porte devant lui, il entra sans s'intéresser à ce qui l'entourait. Le juge fit un pas vers lui, un sourire satisfait aux lèvres. Et dans un murmure, il fit ses adieux au Phoenix.


" Ces miroirs seront la dernière image que tu auras de ce monde, sale mutant ! "


    Fanlore lui fit un sourire amusé avant d'entrer dans la chambre à gaz. Alors il revit le regard vert émeraude d'Anaëlle. Puis un autre vert vint se substituer au premier, un vert brumeux, grisâtre, la couleur des gaz mortels. Espérant encore faire erreur, le Phoenix inspira un grand coup ...

    Avec une pointe de déception, il vit le gaz disparaître. Il ne s'était pas trompé, et avait espéré pour rien. On ouvrit la porte et le juge entra avec plusieurs policiers, mais c'était trop tard pour lui, il avait eut sa chance et avait craché dessus. Avec un soupir Fanlore fit naître dans chacune de ses mains une boule de flammes presque blanches et fit signe aux hommes de reculer. Ils obéirent.


" Je vous avais prévenu, monsieur le juge, qu'en essayant de me tuer vous me libèreriez. Maintenant je vais disparaître et j'expierai mes crimes ... seul. "


    Dans une explosion de flammes blanches, Fanlore disparut.


[ ... ]

" Eh bien Fanlore, que penses-tu du plan ? "


    Fanlore leva son regard brûlant de lassitude sur l'homme qui lui faisait face.


" J'en pense que ça m'ennuie Ed. J'en ai ras la pastèque de tes plans grotesques. J'me casse. "


    Bon sang, depuis le temps qu'il avait cessé de servir, Eddy Bonns aurait dû deviner que Fanlore ne tenait plus à sa cause. Le Phoenix quitta la salle sans demander son reste. Après avoir quitté la prison, il avait rejoint Bonns, persuadé que son insubordination aurait suffisamment énervé ce dernier pour qu'il le tue. Hélas, Eddy avait trouvé la situation amusante et avait décidé de garder Fanlore en vie. Résigné, celui-ci avait décidé de partir, mais pour aller où ? Peu importait, il avait la vie pour y réfléchir, et cette vie n'avait pas de fin. Alors il décida de s'isoler, loin des conflits de la surface, au cœur de la Terre, dans le magma, l'essence de sa vie.
    Combien de temps était-il resté seul à errer dans les flammes liquides ? Un an ? Dix an ? Un siècle ? Là, le temps n'avait pas d'importance. Il vivait sans vivre, conscient de tout ce qui se passait à la surface sans s'y intéresser vraiment, jusqu'à ce que ...


| Il est là ... |

* Qui ? *

~ Moi, Tyrael Almerys. Après ton coup d'éclat à la prison de Los Angeles, j'ai complètement perdu ta trace, il a fallu que je quitte mon corps pour enfin te retrouver. ~

* Puis-je savoir pour le grand Tyrael Almerys s'intéresse à moi ? *

~ Parce que tu n'es pas un cas désespéré comme feu notre ami Eddy Bonns. ~

* Comment est-il mort ? *

~ Son assurance lui a coûté cher. Je me suis introduit dans l'esprit de son fils afin d'utiliser leur don si puissant pour tuer Eddy Bonns et détruire le pouvoir de Tim. J'ai dû sacrifier mon corps pour pouvoir contrôler parfaitement le petit. Alors j'ai décidé de rester sous cette forme pour interdire ce genre de don, j'ai conscience que cela revient à commettre un génocide, mais les Reality Master ne doivent pas exister, un tel pouvoir est dangereux Fanlore. ~

* Et Damaris, j'ai cru comprendre que vous étiez mariés. *

~ Rien ne t'échappe mon garçon. J'ai toujours su que tu valais mieux que ce que tu montrais. Fanlore, une nouvelle école et refuge pour mutant est construite. Cette école s'appelle Surion. Je veux que tu ailles retrouver Damaris et qu'ensemble vous alliez à cette école pour aider les jeunes mutants. Ainsi tu donneras un sens à ta vie. ~

* C'est d'accord, j'irais ... Tyrael, tu as conscience qu'en interdisant aux Reality Master de développer leur don, tu agis comme Eddy Bonns ? *

~ Hélas, Fanlore, pour qu’humains et mutants puissent vivre en harmonie, il faut faire des sacrifices ... ~

* Hum ... Preuve est faîte que visages dévots et pieuses actions ne servent qu'à enrober de sucre le diable lui-même. *

~ Hamlet ... Décidément, je t'ai très bien jugé. Au revoir Fanlore Di Mentouba. ~


    Le vide. C'est le vide qui emplit Fanlore en cet instant. Que faisait-il au cœur de la Terre alors qu'il pouvait servir à la surface ? En moins de temps qu'il n'en faut le dire, Fanlore émergea de l'Atlantique et vola vers l'Occident. Mais comment allait-il retrouver Damaris ? Question idiote ! Elle était la jeune veuve de feu Tyrael Almerys. Les journaux devaient parler d'elle, et quel meilleur moyen d'information qu'Internet ? Il suffirait de trouver un endroit pour se connecter.

    Lorsqu'il croisa enfin un jeune homme connecté dans une médiathèque, Fanlore réussit à force de sympathie, à obtenir le droit de faire sa recherche sur l'ordinateur du jeune homme. Chose beaucoup plus simple qu'il n'y paraît car Tyrael était connu et reconnu. En moins de cinq minutes, Fanlore savait où il pouvait trouver Damaris.


[ ... ]

"Dis toujours."


    Fanlore ne put s'empêcher de sourire, revoir Damaris, qu'il ne portait pourtant pas en grande estime, lui mettait du baume au cœur. Il fit un pas dans le hall de cette grande demeure tout en laissant son regard se balader le long des murs. Puis il se braqua sur Damaris.


"Dans mon souvenir tu avais les yeux noirs. D'ailleurs, la première fois que j't'ai vue, tu portais un bandeau sur les yeux et avais les cheveux roses."


    La femme face à lui avait croisé les bras et le regardait fixement et ... violemment, si tant est qu'un regard puisse être violent.


"Trève de boniments. Dis-moi ce que tu tiens tant à me dire."


    Fanlore la détailla silencieusement.


"Tu n'aurais pas pris quelques bonnets ?"


    Voyant son interlocutrice bouillir, il s'empressa d'ajouter :


"Je veux dire que tu dois être maman, pour qu'ils aient autant gonflé."


    Le regard de Damaris s'obscurcit alors qu'elle répliquait :


"Ton sens de l'observation te perdra."


    Fanlore eut un rire franc et reprit immédiatement son sérieux.


"En fait, c'est de Tyrael que je veux te parler."


    Le regard de Damaris redevint normal. Elle dévisagea Fanlore un long moment et lui tourna le dos, retournant dans le séjour. Fanlore la suivit silencieusement. Le salon et le séjour contrastaient avec l'allure de Damaris. Une baie-vitrée orientée plein-sud laissait passer la chaleur d'un début d'après-midi d'été et, à quelques pas de la porte, un bébé dormait dans un berceau en bois avec des draps en tissu blanc. On aurait dit que cette pièce vibrait encore de la présence de Tyrael.
    Damaris prit place dans un fauteuil près du berceau, Fanlore vint se placer devant elle pour admirer le fruit de cette triste union. La maîtresse de maison lui fit signe de s'asseoir en face.


"Je t'écoute."


    Fanlore inclina légèrement la tête sur la gauche et se perdit dans la contemplation de l'enfant. Aurait-il un jour la chance d'être père ?
    Il ramena son attention sur Damaris.


"Il m'est apparu pas plus tard qu'hier. Tyrael. Je suis désolé. Quand j'ai contribué à détruire NickroN avec Bonns j'ai découvert mon erreur alors j'ai passé ces 5 dernières années à lutter pour expier mes crimes, même si mon éternité risque de ne pas être suffisante ..."


    Sachant pertinemment qu'il ne pouvait pas faire s'apitoyer son interlocutrice, Fanlore se ressaisit et entra dans le vif du sujet.


"Il est venu me voir pour me prévenir qu'une école pour les mutants ouvrait ses portes en Irlande et que je gagnerais à aider les jeunes mutants. Il m'a aussi demandé de te retrouver pour t'emmener avec moi. Il semble aussi persuadé que participer te ferait le plus grand bien. Et puis ... C'est une cause louable, je veux me battre pour que les mutants n'aient plus à souffrir de leur nature."


    Damaris avait le regard vide, contemplant le fruit de son amour. Fanlore avait-il fait mouche ? Certainement, la vilaine sorcière n'était pas aussi indifférente qu'elle voulait le montrer. Son mariage et ce qui en avait découlé en témoignait. Elle était juste d'un naturel plus égoïste. Fanlore attendit, il avait tout son temps, et elle aussi. C'est lorsque le bébé se mit à pleurer que le temps reprit son cours. Damaris le prit et fit mine de partir. Fanlore ne bougea pas ; elle s'arrêta dans l'encadrement d'une portequi devait donner sur la cuisine et lâcha sans se retourner :


"C'est d'accord ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanlore Di Mentouba
{ Inquisiteur Sentrosi }
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 30
Surnom (mutant) : Le Phoenix
Lien fiche : plop
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Le Retour du Phoenix | Terminée |   Jeu 17 Avr - 18:28

[ ... ]

"On avait vraiment besoin de passer voir tes vieux ?"


    Fanlore fit une moue ennuyée et croisa les bras alors que Damaris faisait son sac après avoir fait celui du bébé et avoir plié le berceau et changé le petit. Voir sa vieille ennemie se comporter ainsi rendait cette scène presque irréelle aux yeux du Phoenix, mais il n'était pas aveugle, ce détail ne faisait pas d'elle une femme de cœur, juste une mère responsable. D'ailleurs elle ne daigna pas répondre.


"Peux-tu au moins me dire comment tu comptes t'y rendre ?"


    La jeune mère le dévisagea avec un dédain sans équivoque.


"J'ai demandé à 'mes vieux' d'allumer un feu, il me semble que tu es capable d'apparaître là-bas aussi rapidement que moi."


    Fanlore se passa une main dans les cheveux et soupira.


"Alors comme ça je suis ton ami ?"


    Quand Damaris avait téléphoné à ses parents, elle leur avait demandé d'allumer un feu parce qu'elle amenait un ami. Fanlore avait trouvé l'idée amusante.


"Ne te méprends pas, je ne voulais pas faire une frayeur à mes parents, c'est tout."

[ ... ]


    Les flammes virèrent au blanc et le Phoenix en sortit devant le regard ébahi de deux retraités confortablement installés dans un grand canapé. Dans le fauteuil en face, Damaris attendait avec le bébé sur les genoux. Fanlore amorça un salut aux parents de son "amie" mais avant qu'il ait pu se présenter, le vieux père se jeta sur un fusil et tint Fanlore en joue.


"Ah ! J'te connais toi ! Meurtrier ! Ta photo a fait le tour du monde mon garçon !"


    Fanlore regarda Damaris qui haussa les épaules et fit signe à sa mère qu'il n'y avait pas de danger. En revanche son père ne vit rien. Résigné, Fanlore se retourna et écarta les bras.


"Monsieur, vous avez deux options, soit vous tirez, vous gâchez une balle et vous réveillez votre petit-fils, soit vous ne tirez pas et on n'en parle plus."


    Surpris par un tel calme, le vieillard abaissa son arme et regarda sa fille qui se contenta une nouvelle fois de hausser les épaules.
    Damaris expliqua rapidement la situation à ses parents, leur remit les affaires du môme et sortit de la maison avec Fanlore. A quelques détails près, nous pourrions dire qu'ils entrèrent dans l'école main dans la main. A quelques détails près ...


Dernière édition par Fanlore Di Mentouba le Ven 18 Avr - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damaris L. Sil'Maya
{ Mère Inquisitrice }
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : .
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Le Retour du Phoenix | Terminée |   Jeu 17 Avr - 19:10

    J'sais pas trop ... Bon allez hop :

    Fiche Validée

    Bon Jeu ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Retour du Phoenix | Terminée |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Retour du Phoenix | Terminée |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon retour chez toi, ma belle. CALIXTE&PHOENIX
» y a-t-il un point de non retour ?
» RETRO - PHOENIX
» Retour du BCG ?
» Le retour des Normands du FLNJ...?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surion :: Hors rp :: Présentations :: Membres du Personnel-
Sauter vers: