AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Damaris Linura Sil'Maya

Aller en bas 
AuteurMessage
Damaris L. Sil'Maya
{ Mère Inquisitrice }
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : .
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Damaris Linura Sil'Maya   Mer 2 Avr - 21:36




    | Nom | Sil'Maya - Almerys

    | Prénom | Damaris Linura

    | Surnom | La Damnée, Lilith ou la Veuve Noire.

    | Age | 24 ans

    | Caractère | Quelques mois plus tôt, Damaris était encore une jeune femme épanouie et souriante. Sa rencontre avec Tyrael l'avait vraiment changé; sa perte l'a changea tout aussi radicalement. Pour certains anciens, la jeune femme n'avait pas changé. Mais les raisons de sa rechute était tout autre que celles qui l'avaient plongée dans sa noirceur quelques années avant.

    Le visage fermé, quelques rares expressions de colère et d'agacement peuvent traverser ce masque inexpressif. Jamais elle ne rit ou ne sourit; jamais elle ne pleure. C'est ça façon à elle de se protéger, du regard des autres mais aussi de son propre jugement. Car derrière ces lèvres figées et ce regard pénétrant, c'est le désespoir et la haine qui hante son esprit. Si Tyrael était mort comme toute personne normale, peut-être l'aurait-elle acceptée. Mais il a sacrifié son corps pour en sauver d'autres. Pire même. Il a sacrifié Damaris et Erasm, leur enfant. Damaris en veut à Tyrael, cela par pur égoïsme. Egoïste et colérique, certainement les deux plus gros défauts de notre mutante. Bien qu'elle lui en veuille, elle ne désespère pas de le voir revenir un jour ... Ou bien de pouvoir le rejoindre.

    Enfin. Assez peu sociable, voire même pas du tout, elle ne parle que lorsque c'est nécessaire. Plutôt fière, elle ne supporte pas qu'on la remette en question ou que l'on se fiche d'elle. Parfois agressive mais surtout cynique dans ces propos, elle n'est pas violente, cependant. Impartiale, la Mère Inquisitrice passera pour sans coeur pour nombre de personne. A vrai dire, il n'y a envers qu'envers son fils que Damaris soit attentionnée et aimante. Comme toute mère, elle s'émerveille devant ses premières fois et s'inquiète lorsqu'il n'est pas là. Etonnant, non ?

    | Relations avec les Humains normaux | La mutante ne les a jamais aimés. Au près de Tyrael, elle tenta de les considérer autrement que des bêtes stupides et étroites d'esprit mais, il n'y a rien à faire. Néanmoins, son nouveau rang l'oblige à faire quelques compromis.

    | Physique | Bien que le temps n'ait aucune influence sur l'apparence de Damaris, celle-ci se plaît à laisser son corps grandir artificiellement. Grand bien lui fasse.

    La Beauté. Chose aujourd'hui primordiale dans ce monde d'artifices. Damaris n'est pas en reste, mais sa beauté n'est pas l'un de ces vieux clichés. On ne pourrait lui dire qu'elle est " bonne ", même si ses courbes langoureuses en rendraient jalouse plus d'une. Elle doit son mètre soixante-dix à ses jambes longues et fuselées; son petit 50 kilos, à son appétit de moineau. Néanmoins Damaris est suffisamment musclée pour vous décrocher la mâchoire d'un crochet car, elle aime entretenir sa forme et garder un avantage en réserve.

    Bien que ce ne fut pas le cas quelques années plus tôt, Lilith est devenue quelqu'un de plus gracieuse. Sa démarche féline et légère, l'on pourrait croire qu'elle flotte à la surface du sol. Plus féminine aussi, Damaris prend la peine de se maquiller même si ça n'est que très légèrement, et porte des vêtements plus adaptés, plus adultes en somme. Le reste n'a dans tous les cas pas changé. la Mère Inquisitrice arbore une longue chevelure sombre légèrement ondulée sans coupe particulière; quelques mèches, plus courtes, virevoltent autour de son visage quelque soit la coiffure adoptée. De fins sourcils noirs surmontent deux grands yeux occidentaux d'un bleu profond, souvent maquillés de noirs pour conférer un effet hypnotique à son regard. Son nez est petit, pointu et légèrement retroussé. Enfin, les lèvres de la Dame sont pulpeuses mais jamais ne s'étirent pour dévoiler sa blanche dentition.

    Je disais donc que Damaris était belle. Oui. Une Beauté froide et saisissante.

    | Autres | Damaris garde toujours sur elle le collier que Tyrael lui offrit le jour de ses 18 ans, il brille toujours de la même lueur bleutée. L'Etoile Immortelle. Par contre, elle ne porte plus son alliance.

    | Don | Les Ombres. Au départ, Damaris pouvait contrôler les ombres qui l'entouraient. Les densifier et modifier leur forme. Par la suite, elle parvint à la créer. Mais l'Esprit des Ombres, Lilith, devenait de plus en plus présente; les Ombres menaçant sa propre vie et son bien-être mentale. Elles peuvent tout détruire sur leur passage mais rien ne peut les arrêter. Enfin, les Ombres finirent par lui retirer son humanité. Plus une goutte de sang ne coule dans ses veines, ses organes continuent de fonctionner grâce à son don et quand même ils cessaient de fonctionner, elle ne pourrait mourir. Car son corps n'est à présent qu'une fade impression de vie qu'elle désira garder. Damaris est aujourd'hui une ombre, immortelle et destructrice car ses possibilités sont très variées.

    | Défaut du Don | La principale conséquence de ce don est psychique. Damaris souffre beaucoup de cette immortalité, elle a du mal à se considérer comme humaine.
    Depuis la " mort " de Tyrael, sa schizophrénie s'est emplifiée. Et cela dès que les ombres teintent son corps en noir, signe que son don est au maximum. Méfiez-vous dès que ses yeux perdent leur clarté.

    | Qualités | Attentive, impartiale, patiente.

    | Défauts | Egoïste, colérique, froide, associable.

    | Poste souhaité | Bibliothécaire - Mère Inquisitrice.

    | Comment avez-vous connu le forum ? | Grâce aux fondateurs ^-^


Dernière édition par Damaris L. Sil'Maya le Mer 11 Juin - 18:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damaris L. Sil'Maya
{ Mère Inquisitrice }
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : .
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Damaris Linura Sil'Maya   Mar 22 Avr - 23:00

    | Histoire | C'était une après-midi pluvieuse. Le ciel était gris, la terre était molle. Les fleurs seraient noyées le lendemain, mais au moins la pierre marbrée resterait propre. De nombreuses personnes s'éloignaient en discutant et riant, leur bruit de leurs pas dans les cailloux brisaient d'autant le silence de ce lieu de recueillement. Ces gens n'avaient eut aucun respect, vêtus pour certains de costumes bariolés. Etait-ce une provocation ? Damaris n'en doutait pas un seul instant. Son mari n'avait jamais caché sa véritable nature, révélant par la même occasion celle de notre jeune veuve. Cette dernière restait immobile devant la tombe blanche où un nom était gravé en noir. Tyrael Almerys.

    Le corps du défunt ne reposait pas six pieds sous terre. A vrai dire, il n'était pas vraiment mort. Son corps avait disparut lorsqu'il avait détaché son esprit de celui-ci; pour la forme, Madame Almerys avait organisé un enterrement. Même s'il continuait de la visiter, ça n'était pas pareil. Rien ne serait plus jamais pareil. La jeune femme sera un enfant contre sa poitrine. Son enfant. Erasm. Une petite femme brune se tenait à côté de la mutante, portant un parapluie au-dessus de leur tête. Serrée contre sa fille, Madama Sil'Maya pleurait silencieusement. Elle connaissait toute l'histoire, mais elle avait toujours était trop sensible. Elle venait tout de même de perdre son gendre, en un sens. Mais Damaris restait de marbre. Elle était incapable de pleurer même si quelque chose lui déchirait les entrailles. Ca n'était pas tant de la tristesse, mais de la rancoeur.

    Ne pourra-t-elle donc jamais être heureuse ?


    La courte vie de Damaris ne compte que quelques rares moments de bonheur. Sa naissance tout d'abord, le 26 Février 2087. Première et unique fille de la famille Sil'Maya. Ils n'étaient pas particulièrement riches mais vivaient bien. L'enfant ne manquait de rien, et en avait même trop. Les premières années se passèrent donc sans contrariétés. Ses premières années d'école furent, par contre, difficiles pour la petite fille. Etant déjà d'un naturel distante, ses camarades de classe ne lui prétaient aucune attention. Quant aux autres parents, ils se méfiaient d'elle. Son comportement leur semblait trop anormal. Damaris en souffrait, même si elle ne disait rien.

    L'entrée en primaire s'était accompagnée de nombreuses affaires sur les mutants. Le phénomène semblait se répandre malgré les efforts du gouvernement. Une rumeur se mit à courir entre les parents d'élèves comme quoi la petite Sil'Maya était un de ces malades. Si avant on l'ignorait, à présent, on la fuyait ou l'insultait. Mauvaises blaques et sobriquets ridicules furent le lot quotidien de la future mutante. Bien qu'elle ne dise jamais rien à ses parents pour ne pas les ennuyer, ils eurent vent de ces rixtes et décidèrent de la changer d'établissement. Ses classes suivantes ne furent pas plus sympathiques, les choses empirant avec l'âge car le don de Damaris s'éveilla, agissant à sa guise ou plutôt, au grè des volontés refoulées de la mutante.

    Le tonneau de sang qu'elle se prit à la figure en dernière classe de collège, incita ses parents à la retirer définitivement de l'école. Même s'ils acceptèrent ainsi leur fille, ils ne purent que constater la dangerosité de ses pouvoirs. Notons que psychologiquement parlant, cette coupure définitive avec le monde humain la fit devenir ce qu'elle est aujourd'hui. Enfin. L'adolescente suivit des cours par correspondance et ne sortait que rarement de sa chambre, notamment à cause de son incapacité à supporter la lumière. Malheureusement, le soir où elle osa s'aventurer au dehors, ses anciens camarades tentèrent de l'assassiner. La fièvre anti-mutante ne cessait de grimper, les plus jeunes étaient influencés par leurs parents et les médias. Des humains, rien de plus. Mais ces humains auraient bien put la tuer si son don n'avait pas réagit; les tuant jusqu'au dernier, étouffés par leur ombre. La jeune femme a encore la cicatrice au-dessous de sa poitrine, une mésentente avec un pieu ...

    Suite à cela, ses parents jugèrent temps de faire quelque chose. C'est ainsi que Damaris alias Lilith fit son entrée à NickroN. D'abord sous la tutelle d'un professeur qui n'avait cure d'elle, la jugeant certainement trop faible ( à tord, bien entendu ), la mutante fut sous la responsabilité du bibliothécaire Tyrael Almerys. Jamais elle n'avait entendu parlé de lui. Enfin. Lui se révéla bien plus intéressé par son don même si la concurrence était rude face à un certain Fanlore Di Mentouba. Les deux jeunes gens se détestèrent au premier regard, ou du moins pour Damaris. Trop arrogant, trop sûr du lui. Elle se promit intérieurement de lui botter les fesses lorsque son don égalerait au moins le sien. Les parents de la jeune fille ne purent que constater que l'école avait eut un changement positif sur elle. Elle était devenue plus sociable, même si ça n'était pas ce que l'on pourrait espérer. Mais surtout, quelqu'un avait réussit à la sortir du trou dans lequel elle était tombée depuis son entrée en maternelle. Tyrael. Malgré presque 10 ans d'écart, les deux jeunes gens tombèrent amoureux.

    Elle avait pourtant tant essayé, elle avait même crut y arriver ce soir là. Le soir de ses 18 ans fut la plus belle soirée de sa vie. Un mince sourire étira les lèvres pâles de la jeune femme. Elle n'oublierait jamais. Sa mère l'appela, l'intimant de rentrer car il se faisait tard. La veuve leva les yeux et remarqua qu'il ne pleuvait plus mais que le ciel s'assombrissait. La nuit sera humide, peut-être même orageuse. Adressan tun regard dénué d'émotions à sa génitrice, celle-ci prit l'enfant et décida de la laisser seule encore un peu. Damaris était en tête à tête avec elle-même à présent. Croisant ses bras au-dessous de sa poitrine, elle soupira tout en laissant sa tête s'abaisser. Son menton toucha alors sa poitrine et la jeune femme tomba à genoux dans les cailloux. Ses longs cheveux bruns retombèrent devant son visage, comme s'ils désiraient cacher à cette tombe les larmes longuement retenues. Qu'importe ce qu'elle voulait faire voir à son entourage, elle n'en pouvait plus de cette solitude. Le souvenir de ses 18 ans ne lui rappela qu'un peu plus qu'elle était à nouveau seule.

    Elle s'était laissée aveugler ...


    Après cette soirée romantique et innocente, les choses tournèrent au vinaigre pour l'école. NickroN fut attaqué par Eddy Bonns et cette fois-ci, elle ne s'en remit pas. Les élèves furent dispersés ou tués, il en alla de même pour les professeurs. Damaris et Tyrael quittèrent New-York ensemble pour la Californie. La jeune femme ne voulait pas se mêler à ça, sachant pertinemment qu'elle n'avait aucune chance contre ce Bonns même si elle ne l'avouerait jamais devant quelqu'un. Une fois installée là-bas, Tyrael ne cessa pas d'empêcher les exactions du Reality Master tandis que Damaris s'était trouvée un petit travail dans une bibliothèque. L'idée avait d'ailleurs amusé le compagnon de notre mutante.

    Deux années après, les deux mutants se marièrent. Damaris aurait souhaité une cérémonie intime, avec juste leurs familles respectives, mais les médias ne l'entendaient pas de cette oreille. Le grand Almerys se mariait, à une jeunette qui plus est ! Malgré cela, la jeune mariée garda un très agréable souvenir de son mariage, et surtout de sa nuit de noces.

    Vivant à présent dans une immense demeure, la mutante se sentit enfin chez elle. Elle se sentait enfin heureuse. Son don avait cessé de la torturer, stabilisé. Le mal qui l'avait rongé à NickroN, lui donnant l'impression que les ombres la dévoraient, n'était en fait que la fin du processus. Les ombres avaient certes dévorer son sang, un liquide qui la rendait bien trop fragile, mais ses organes étaient intactes.

    Trois années s'écoulèrent et une heureuse nouvelle fut annoncée. Damaris était enceinte. Bien qu'elle fut en joie, elle ne pouvait ignorer le fait que les ombres avaient accepté l'enfant car il serait un nouveau réceptacle. Mais la future mère ne s'inquiéta pas, ou du moins tenta de ne pas s'inquiéter. Bientôt, elle accoucha. Sans douleur bien sûr. Elle crut alors n'avoir jamais vu Tyrael sourire ainsi. Alors que devait-il penser d'elle ? Ils l'appelèrent Erasm. Erasm Prince Almerys. Quelques mois s'écoulèrent lorsque la nouvelle tomba ...

    Damaris releva la tête, son regard aussi noir que la nuit s'arrêta sur les roses bleuse posées sur la pierre blanche. Les images de ce soir là ne la quittaient plus, et son cri vibrait toujours dans ses chairs. Il s'était assit à son bureau, lui demandant de veiller à côté de lui le temps qu'il fasse ce qu'il avait à faire. Elle lui avait assurée ne pas bouger, Erasm dormait déjà. Elle n'avait pas eut peur, persuadée que rien ne pourrait les séparer. Quelle idiote ... Comment une femme que l'on surnommait la Damnée pouvait-elle espérer de telles choses ! Le corps de Tyrael s'était alors mit à trembler pour devenir de plus en plus transparent. Voyant la grimace sur son visage, elle s'était approchée. Mais lorsqu'elle voulut poser sa main sur lui, elle le traversa. Quelques secondes après, il avait disparut. D'abord désemparée, la panique s'était pour la première fois emparée d'elle. Un sentiment d'impuissance et d'ignorance. De longues secondes s'écoulèrent au bout des quelles un cri déchira le lourd silence qui avait empli la demeure. Il n'était revenu que quelques heures plus tard pour lui expliquer qu'il avait fait cela pour le bien de la planète et qu'il resterait ainsi pour veiller. Peut-être sa mort aurait-elle été préférable. La mutante se sentit trahit, elle ne comptait pas assez à ses yeux pour qu'il reste à ses côtés ? Malgré tout, elle l'aimait.

    La jeune femme se releva, essuya ses joues et remit ses cheveux en place. Il était temps de rentrer, l'orage grondait au loin. Damaris tourna les talons, son visage à nouveau aussi expressif qu'une feuille blanche. Elle ne jeta pas un regard derrière elle. Le vase s'était renversé, les roses bleus gisaient sur la pierre et les cailloux tandis que l'eau coulait lentement et silencieusement.


    Trois mois s'écoulèrent lorsque l'on sonna à sa porte. La jeune femme n'avait jamais apprécié les visites surprises mais là, c'était vraiment exagéré. Fanlore Di Mentouba se tenait sur son seuil, la bouche en coeur. Ses vieilles rancoeurs étaient toujours présentes, mais ce qu'il avait dire valait bien quelques sacrifices. Tyrael s'était adressé à lui, le nommant Inquisiteur de l'école qu'il venait de créer. Une école différente de NickroN. Une école reconnut par de nombreux gouvernements ou c'était plutôt sa force d'intervention qu'ils reconnurent. L'idée de devoir protéger des humains n'enchantait pas le moins du monde notre mutante; mais les propos tenus par Tyrael puis Fanlore ne purent que la perduader. Ils la manipulaient et elle détestait ça.

    Après avoir fait ses valises, elle rejoind ses parents en Irlande accompagné de Fanlore qui fit un coup d'éclat dans l'humble demeure secondaire des Sil'Maya. La mère y laissa son enfant le temps qu'elle s'installe, un enfant n'avait pas sa place dans une telle école. Voilà quelques jours qu'elle vit à Surion, anciens visages retrouvés et vieille atmosphère retrouvée, elle assume plutôt bien ce devoir de Mère Inquisitrice mais préfère son job de bibliothécaire. Les livres posent moins de problèmes que des dictateurs assoifés de pouvoir ou des adolescents mal dans leur peau ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanlore Di Mentouba
{ Inquisiteur Sentrosi }
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 30
Surnom (mutant) : Le Phoenix
Lien fiche : plop
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Damaris Linura Sil'Maya   Mer 23 Avr - 16:46

Haaaaaaaaaaaaaaaa t'as pas mis le code @_@ Vilaine !

Elle me fait pitié Damatriste, m'enfin j'aime bien ta fiche.

°Fiche Validée°

Bon Jeu ! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Damaris Linura Sil'Maya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Damaris Linura Sil'Maya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Oracle MAYA
» La civilisation Maya
» Récap de Février
» Muffins aux pommes et caramel de Maya et Esther et aussi autres sortes de muffins
» pensée du jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surion :: Hors rp :: Présentations :: Membres du Personnel-
Sauter vers: