AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |

Aller en bas 
AuteurMessage
Erasm De Krystal
Elève de Quali
avatar

Nombre de messages : 19
Surnom (mutant) : Le Félin - Le Bonhomme de Cristal
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |   Jeu 24 Avr - 23:11

    | Nom | De Krystal

    | Prénom | Erasmus (mais on l’appelle Erasm et ça l’arrange)

    | Age | 16 ans

    | Surnom de Mutant | Le Bonhomme de Cristal (ou Krystal) – Le Félin

    | Physique |


    Erasm est un garçon de taille moyenne, très fin bien que particulièrement musclé, pas étonnant quand on connaît l'entrainement qu'il a eu dès sa plus tendre enfance. La peau d'une blancheur surnaturelle, les cheveux couleur de diamant qui font écho à la splendeur nacrée des petits yeux d'Erasm. D'étranges traces comme des tatouages marquent le visage du prince sous ses yeux, le faisant ressembler à un félin. Le regard habituellement perçant et brillant d'intelligence. Les ongles en verre ressemblants à des griffes de 2 centimètres. Erasm a la posture d'un noble, le maintien droit et fier mais toute cette force dissimule sa véritable faiblesse ; son ossature en verre le rend si fragile qu'il pourrait se briser tous les os en frappant dans un sac de lutte. Par chance grâce à son pouvoir il peut durcir ses os le temps d'une attaque, idéal pour un combat au corps à corps.
    Pour suivre avec son aspect sculpté dans le verre, le prince se vêt de manteaux de soie tantôt bleus, tantôt blancs, tantôt gris, préférant le noir pour accompagner à toutes les sauces.

    | Caractère |


    Mais pensez bien que le physique d'Erasm est à l'image de son caractère, noble et puissant, ayant grandi dans la peau du fils unique de l'Empereur Français, Erasm montre parfois un certain dédain pour ce qui l'entoure bien qu'il soit souvent très intéressé. D'un naturel très solitaire, ayant une folle difficulté à se lier à qui que ce soit, Erasm ne quitte jamais ou presque son garde du corps, le fidèle Ferdinand. Même s'il est très loyal et juste dans le fond, Erasm est machiavélique, sacrifier quelques mutants pour sa rébellion n'était pas un problème pour lui, il sait qu'il reviendra et qu'il prendra le pouvoir un jour en France. En attendant, il n'a qu'à faire de son mieux. D'une rare intelligence, le jeune homme est capable d'analyser jusqu'aux moindres détails d'une situation en un temps record ; utile pour les stratégies militaires.

    | Relation avec les humains normaux |


    Bien que longtemps contre cet avis, le jeune prince a revu son idéal et si autrefois il croyait en la domination des hommes sur les mutants voire à l’extermination de ceux-ci, depuis la prise de conscience de sa mutation, il défend l’excès inverse à quelques détails près, il ne veut pas dominer le monde, il veut juste reprendre l’empire de son père.

    | Don |


    Difficile de faire simple avec un don compliqué ! Par chance celui-ci est plutôt simple … à première vue. Le Bonhomme de Cristal ne porte pas ce surnom par hasard, en réalité tous ses os sont en verre, ainsi que ses ongles et ce qui n’est pas en verre est d’une couleur proche de la transparence. Bien qu’il ait une peau normale, bien qu’un peu trop diaphane pour paraître naturelle, le prince peut en effet se fondre dans le décor, mais voyons ça de façon plus ordonnée.

    • A la base le don se limite au côté physique, il a des os en verre, et son corps peut devenir transparent au besoin.
    • Ensuite le don s’étend au maniement du verre mais rien à voir avec un maniement au sens « magique » du terme, Erasm se découvre un talent pour souffler le verre, le sculpter.
    • On arrive dans la partie « magique » du don, là il commence à maîtriser le verre par la pensée, mais ce n’est qu’un début, loin d’être capable de se la jouer Magnéto et d’arrêter les balles (si tant est qu’elles fussent en verre), il apprend d’abord à modifier mentalement la forme du verre, ainsi il arrive à se remettre plus vite des accidents dus à sa morphologie et surtout, il peut faire pousser et durcir ses ongles jusqu’à avoir de belles grandes griffes. Ensuite petit à petit il arrive à gérer des pouvoirs plus complexes (il en est arrivé là mais il ne sait pas encore gérer l’utilisation de cette nouvelle évolution).
    • Son don ensuite deviendra plus violent puisqu’Erasm va commencer à générer le verre qu’il utilise et n’aura plus besoin d’en avoir à proximité ; alors il pourra conférer au verre les propriétés qu’il voudra, à condition qu’elles restent dans la limite du pertinent.


    | Défaut du don |


    Le premier défaut des os de verre, vous pensez bien, c’est leur fragilité, ayant grandi dans le luxe, il n’est pas arrivé souvent au prince de souffrir de ce problème mais il prenait sans cesse de grandes précautions. Le défaut suivant est plus handicapant et restera valable jusqu’à la fin. Le don réagit à ses émotions, la peur, la colère, la haine, sont des émotions qui « excitent » le don, alors il aura tendance à devenir transparent voire parfaitement invisible, alors que s’il veut espionner de sang froid il aura du mal à le devenir. De même pour le côté « magique » du don, s’il se sent parfaitement zen il aura plus de mal à utiliser son don. En revanche, il aura plus de faciliter à utiliser le côté artistique de son don s’il est zen que s’il est sujet à des émotions fortes. Enfin, il y aura un laps de temps nécessaire à la génération de son verre.

    | Qualités | Intelligent, loyal, juste.

    | Défauts | Machiavélique, hargneux, hautain.

    Comment avez vous connu ce forum ? : J’ai participé à sa fondation x)
    Que pensez-vous du design ? Moi je l’aime >.<

    | CODE | Validé par Damaris


Dernière édition par Erasm De Krystal le Ven 25 Avr - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erasm De Krystal
Elève de Quali
avatar

Nombre de messages : 19
Surnom (mutant) : Le Félin - Le Bonhomme de Cristal
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |   Ven 25 Avr - 0:43

    | Histoire |


    Les cloches de l’église sonnèrent à 19 heures, comme toujours, et les premières vibrations du clocher firent fuir une bande de pigeons contrariés. Derrière l’église, à l’ouest, le soleil surplombait encore la vallée. A cette heure de la journée, en ville, le brouhaha des conversations aurait couvert le son des carillons. Mais dans cette montagne, loin des villes bondées, toutes les cloches se faisaient fièrement entendre.
    Puis le silence revint, d’abord lourd, et comme la nature abhorre le vide, les chants des oiseaux reprenaient leurs droits.
    Dans ce village entouré de forêts de pins, l’odeur capiteuse de la résine éveillait un concerto de sens ; caressé par une brise printanière, bercé par des sons désordonnés, la vue enchantée par un dégradé de rose, Erasm se serait cru au paradis s’il n’y avait eu …


    « Mon prince ? Le conseil réclame votre présence. »


    De retour dans la chambre, le jeune prince soupira.

    « Très bien, aide-moi donc à me lever, j’ai médité plus longtemps que prévu.
    - Vous devriez vous méfier de cette pratique, Altesse, certains sages ne reviennent jamais.
    - Je sais, Ferdinand. »


    Le soldat souleva son maître comme s’il n’était pas plus lourd qu’un coussin à plumes et le posa sur ses pieds, attendant qu’il ait parfaitement rétabli son équilibre.

    Dans la salle où se tenait le conseil – le salon du chalet – tout le monde parlait de telle ou telle autre affaire, chacune étant selon eux d’une importance capitale. Lorsqu’il entra, le silence se fit, le prince lança aux conseillers un regard circulaire puis s’installa à sa place, en bout de table.
    Malgré son jeune âge le prince Erasm tenait des conseils régulièrement et son travail valait largement celui de son père, certains disaient qu’il était l’empereur de l’empereur. Mais cette position n’avait pas été facile à acquérir.
    Né dans l’hôpital interne du château de Versailles, qu’on appelait désormais le Palais de l’Empereur, il s’était révélé en très mauvaise santé, les symptômes évidents de la maladie des os de verre avaient valu au fils la méprise de son père. Persuadé que son fils ne serait jamais un homme grand et fort comme lui, l’Empereur se comporta de la pire façon qui soit, faisant travailler le prince dès son plus jeune âge toutes les matières qui lui passaient par la tête. Mais la femme de l’Empereur, définitivement plus soucieuse que lui du devenir de leur enfant, avait usé de son autorité pour alléger la peine inutile de l’enfant. Elle le fit suivre d’un cortège de gardes et de médecins toujours prêts à intervenir en cas de problèmes, le chef de la garde était un jeune sergent ambitieux qui voulait faire ses preuves sur le champ de bataille, résigné à devoir s’occuper d’un marmot, c’est lui qui découvrit ce que cachait véritablement la faiblesse physique du prince. Une intelligence à couper le souffle, une capacité à enregistrer, analyser et prendre en compte chaque donnée pour s’en servir à ses fins. Pris au dépourvu par ce Napoléon du 22ème siècle, Ferdinand avait immédiatement fait part de ses expériences à l’Empereur, en ce temps là Erasm n’avait que 7 ans et pourtant sa vivacité d’esprit valait celle de son père qui n’avait jamais perdu une partie d’échec contre les plus fins stratèges du palais, et n’avait jamais gagné contre son fils.

    Propulsé sur la scène politique bien avant l’âge requis, Erasm obtint près de 70% des voix aux élections des conseillers et fut donc élu Premier Conseiller de l’Empire à l’âge de 12 ans. Et pendant ce laps de temps, Erasm avait continué à trimer pour enrichir ses connaissances et sa réflexion, mais aussi pour que son corps si fragile soit au moins souple, rapide et léger, et dans le même temps Ferdinand était devenu Commandant du détachement chargé de la protection du prince. Ce militaire avait adoré le prince dès son plus jeune âge, et plus il le voyait grandir, plus il le trouvait fabuleux. Seulement vers ses 12 ans le prince commença à changer, il était toujours très efficient, soucieux de plaire au peuple – parce que bien qu’il fut dirigé par un homme, l’Empire Français était avant tout une République et le peuple votait librement – mais il se montrait plus distant et souvent plus prudent, voire parfois carrément paranoïaque. Parfois il disparaissait simplement et alors que le château était en émoi, on le retrouvait exactement à l’endroit où il devait être, occupé à travailler. Bien que l’Empire fut une démocratie, la question du « problème mutant » était très arrêtée, et toutes ces histoires de combats aux Etats-Unis confortaient les citoyens dans leur opinion sur les mutants. Les mutants dans l’Empire étaient fichés et mis de côtés. Mais ils ne s’en plaignaient pas, connaissant le sort que réservait la Terre-Sainte aux gens comme eux … Au moins dans l’Empire Français ils étaient libres et bien que considérés comme inférieurs aux autres, ils avaient des droits, ils n’étaient ni torturés, ni fusillés sur la place publique pour servir le grand « Allah ».
    Comprenant très vite ce qui lui arrivait, Erasm décida qu’il était temps de prendre des précautions. Il avait bien entendu parler de quelques supers mutants invincibles, l’un d’entre eux venait souvent en voyage en France pour discuter et faire des discours sur la tolérance et le droit des mutants. Si ça ne tenait qu’à lui, Erasm aurait dans sa toute jeunesse songé à faire croupir cet impudent dans un cachot et il en voulut à son père de le laisser partir. Celui-ci lui répondit, pour une fois, qu’il existait de par le monde des mutants dont les pouvoirs dépassaient l’imagination, des mutants qui pouvaient écraser une armée en quelques secondes, Tyrael Almerys, avait-il dit, est de ceux-là. Soufflé par cette nouvelle, Erasm revit ses ambitions à la baisse.
    Le jeune mutant, parce qu’il était sûr maintenant d’en être un, devenait de plus en plus intéressé par le verre et alla souvent dans les souffleries pour admirer le travail des hommes qui réalisaient des miracles avec ce verre. Le prince fut bien entendu invité à apprendre mais c’était inutile, sans qu’il put dire pourquoi, le cheminement parfait pour souffler le verre se formait de lui-même dans sa tête, comme un instinct. Dès lors le prince décida de passer aussi son temps à souffler du verre. Hélas les évènements viraient au catastrophique. Tout le monde devenait soucieux, même les gens du conseil le regardaient bizarrement. Et la raison de ce changement n’était pas difficile à saisir, ses yeux habituellement bleus avaient viré au gris pâle et ses cheveux autrefois blonds étaient à présent de la même couleur que ses yeux. Alors que le temps passait, il commença à faire diverses expériences avec son don. Commençant par modifier sa propre morphologie, il constata qu’il pouvait faire pousser ses ongles pour en faire de véritables griffes, il pouvait s’arracher une petite mèche de cheveux et la transformer en sabre tout en faisant repousser sa mèche comme elle devait être avant l’opération. Le verre, tout tournait autour de ça. Sachant cela, Erasm envoya Ferdinand donner l’ordre aux ouvriers de placer une pastille de verre sur la pointe de chaque balle construite et donna l’ordre de faire modifier toutes les balles en mouvement dans l’Empire sans donner d’explication, c’était inutile, il était le prince et aveuglé par les prouesses de son fils, l’Empereur ne surveillait même plus ses initiatives, préférant se la couler douce avec sa femme dans les jardins de Versailles. Le temps passait, Erasm travaillait, et son père s’amusait, comme toujours.


    « Votre Altesse, je tenais à vous souhaiter la bienvenue en Savoie, notre région vous plaît-elle ? »


    Lançant au préfet un regard perçant, le prince prit une inspiration et d’un geste fit signe au bavard de s’asseoir.

    « Votre région ne me plaît pas, monsieur le préfet, ce verbe est insuffisant en fait, je l’adore. D’ailleurs j’ai repéré un terrain au dessus qui me paraît idéal pour la construction de mon palais de campagne, la vie à Versailles me fatigue. Mais pour le moment si vous le voulez bien nous pourrions peut-être nous mettre au travail. »


    Le préfet baissa la tête honteusement mais ne put dissimuler un sourire, ravi de l’égard du prince pour cette région. Un conseiller se leva et, après un salut exemplaire, demanda :


    « Votre Altesse, n’est-ce pas dangereux d’amener le conseil si près des frontières ennemies ? »


    Le prince semblait déjà ennuyé, il lança au conseiller un regard acerbe qui fit rougir celui-ci. Quand on était membre du Conseil, notre statut exigeait qu’on assiste au Conseil là où se trouve le Premier Conseiller peu importe l’endroit. En dépit de toute attente, le prince répondit :

    « Conseiller Saint-Clair, ai-je l’habitude de prendre des risques inconsidérés ?
    - Non mais…
    - Avez-vous conscience de notre position ?
    - Oui mais…
    - Alors vous devez savoir que l’armée ennemie est moins équipée, moins organisée et moins nombreuse que la notre, de plus ils ont décidé de prendre le défilé pour nous attaquer par le nord, mais de notre côté de la montagne, nous avons le soleil dans le dos, en d’autres termes durant toute la journée de demain nos ennemis auront le soleil dans les yeux, dois-je aussi vous rappeler Conseiller que notre flotte aérienne survole déjà Vienne alors que notre armée de terre sillonne les forêts, armée jusqu’aux dents et bardés de camouflages afin de tirer à vue sur d’éventuels ennemis. J’ajouterais aussi que notre flotte anti-aérienne nous entoure parfaitement, et des mutants sont prêts à charger avec leurs pouvoirs si nécessaire. Etes-vous rassuré Conseiller Saint-Clair ?
    - Oui, Votre Altesse. »


    Tout le monde se taisait, Erasm, à peine âgé de 15 ans dirigeait l’armée Impériale contre l’ennemi Autrichien, qui n’avait rien d’un ennemi, mais il plaisait à l’Empereur d’agrandir son territoire et c’est à son fils qu’il donna les rênes de l’armée. Le prince ramena son regard sur la salle, tout le monde semblait calmé, le Conseil allait pouvoir débuter.

    Quand les palabres furent enfin terminées, le prince quitta rapidement la salle et s’enferma dans sa chambre pour réfléchir au problème qui se posait à lui. Même si l’Empire était grand, il était risqué d’en faire trop, ces conquêtes successives risquaient d’affaiblir l’armée. Il fallait qu’il calme son père pour le bien de tous.
    On frappa à la porte, c’était Ferdinand qui venait comme le lui avait demandé son prince. Il fit le salut habituel et attendit. Le prince regardait dans le vide, penseur.

    « M’aimes-tu Ferdinand ? »


    Le soldat ne réagit pas, mais Erasm devinait que dans sa tête la surprise avait été de taille. Finalement son visage se fendit d’un sourire et il répondit d’un ton très doux qu’il lui réservait quand il était enfant.


    « Je donnerais ma vie pour vous mon prince, pas parce que c’est mon devoir, parce que vous êtes comme mon fils, j’ai sacrifié ma vie de famille pour m’occuper de vous, mais ce ne fut pas une grande perte puisque vous êtes mon plus grand trésor. »


    Le prince sourit mélancoliquement. Si seulement il savait …

    « Merci, Ferdinand … J’ai une autre question, moins personnelle, que penses-tu des mutants, te répugnent-ils ou peut-être les vénères-tu … »


    Cette fois le soldat ne cacha pas sa surprise.


    « Mon prince c’est une question un peu tendancieuse. Hum … Eh bien si un homme m’est sympathique alors au fond je me fiche qu’il soit ou non mutant. »


    Le prince eut enfin un vrai sourire, relevant son regard vers son protecteur.

    « Je te remercie, Ferdinand, à présent je te charge d’une mission spéciale, fais le tour de l’armée et pose cette question sur les mutants à tous les soldats, dis-leur que c’est sans condition, et ceux qui te répondent qu’ils peuvent apprécier les mutants, rassemble-les dans la plaine où je t’ai dit que je voudrais faire construire mon palais, rassemble aussi les mutants. »


    Ferdinand était perplexe mais il obéirait, à moins qu’il ne considère cette mission comme dangereuse pour le prince ou l’Empire. Ce qui était le cas, alors il ouvrit la bouche pour protester mais le prince le prit de vitesse, arguant que l’armée pouvait se débrouiller sans une poignée d’hommes et que si la poignée d’hommes était plus nombreuse qu’il le pensait alors les conseillers seraient tués mais il n’en ferait pas une montagne puisque qu’ils se fichaient de la démocratie et ne s’occupaient que de leur propre bien être. Au fond ces conseillers étaient les garants de la tyrannie. A présent effrayé par les élucubrations du prince, Ferdinand décida d’obéir.


Dernière édition par Erasm De Krystal le Ven 25 Avr - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erasm De Krystal
Elève de Quali
avatar

Nombre de messages : 19
Surnom (mutant) : Le Félin - Le Bonhomme de Cristal
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |   Ven 25 Avr - 0:46

    Deux jours plus tard, tous les mutants de l’armée et les soldats qui avaient de bons avis sur les mutants – beaucoup plus nombreux qu’Erasm n’aurait osé le croire – s’étaient rassemblés conformément aux ordres du prince. Quand celui-ci fit son apparition sur l’estrade sur laquelle il dirait ce qu’il avait à dire, tous les soldats frémirent, avaient-ils fait une erreur en répondant la vérité ? L’armée impériale allait-elle être purgée ?

    « Mes amis, je suis heureux que nous nous rencontrions sous le drap de la nuit parce que ce que j’ai à vous dire est de la plus grande importance. L’esprit d’un conquérant est souvent tourmenté, et il l’est plus encore quand il est conquérant contre son gré. J’ai vu des choses terribles bien trop tôt pour satisfaire mon père, l’Empereur de la France. Mais aujourd’hui les folies de celui-ci doivent cesser. Une discussion serait une bonne façon de le faire s’arrêter, pourvu qu’il n’ait pas été assoiffé de pouvoir. A force de grandir l’Empire s’affaiblit et nous finiront vaincus, écrasés par le nombre. Notre armée est puissante, nous devons en profiter pour cesser de jouer avec le feu. Comment nous défendrons-nous contre les raids de la Terre Sainte si notre armée et divisée ? Si c’est à vous que je demande de l’aide soldats, c’est parce que le prince Erasmus de Krystal … est un mutant. »


    Le silence se fit, si intense qu’on eut pu entendre une mouche passer à l’autre bout de la clairière, puis plusieurs mutants se mirent à scander ensemble « longue vie à l’Empereur Erasmus », puis gagnés par la joie des mutants, les autres soldats se joignirent peu à peu à eux pour scander ce délicat refrain. Erasm souriait de toutes ses dents, pas parce qu’il avait des amis et admirateurs, mais parce qu’il avait su rallier avec une cruelle facilité des hommes et des femmes qui lui obéiraient et le porteraient sur le trône à la place de son père. Et avec une garde personnelle composée de mutants, l’Empereur Erasmus de Krystal serait intouchable.
    Le prince descendit de l’estrade et sortit une lettre cachetée de son manteau.

    « Officier Samuel, portez cette missive d’urgence au chef du gouvernement Autrichien, portez un drapeau blanc, je n’aimerais pas que vous soyez fusillé inutilement.
    - Bien, Votre Altesse. Qu’est-ce ?
    - Une proposition d’alliance pour renverser l’actuel gouvernement Français. »


    L’officier ne cacha pas sa surprise mais ne discuta pas, il fonça vers une voiture et partit en direction de la frontière, drapeau blanc visible au dessus du toit du véhicule. Erasm n’avait plus qu’à attendre.

    Si son plan fonctionnait, Erasm remporterait la guerre sans encombres, il avait fait placer une pastille de verre sur la pointe de chaque balle de chaque type circulant dans l’Empire. Il savait que pour que son don fonctionne bien il devait avoir peur ou être en colère, il commençait à se demander s’il n’avait pas commit une erreur, peut-être que persuadé qu’il aurait peur il avait jugé bon de placer du verre sur les balles mais à présent qu’il savait qu’elles étaient contrôlable, il risquait un trop plein de confiance en lui. Tout dépendrait de ça. Pendant qu’il bloquerait les armes de la garde Impériale, les soldats rebelles attaqueraient avec des armes en parfait état de marche. Mais pour avoir peur, Erasm devait être en première ligne. La garde Impériale était bien plus grande et plus nombreuse que l’armée qu’il s’était faite, c’est pourquoi il devrait aller avec les mutants en première ligne pour réduire leurs effectifs rapidement.
    Ils voyaient la garde Impériale, les soldats ennemis étaient déjà prêts à tirer, Erasm suivi des mutants, avançait vers cette armée.
    Alors la peur submergea Erasm, les premiers coups de feu, il ferma les yeux … Rien ne l’avait touché, il avait réussi ! Ouvrant les yeux il vit le carnage, les balles qui auraient dû le toucher avaient été stoppées, les autres avaient atteint leur cible et les mutants de la première ligne mourraient sans avoir eu le temps de frapper. Vibrant de colère, Erasm releva la tête pour voir une salve de balles arrêtées face à lui. C’était un état étrange, il avait vu beaucoup de morts, mais il ne s’était jamais senti aussi … pur, comme le verre. Des griffes poussèrent à la place de ses ongles et, alors qu’il bloquait une nouvelle salve dévastatrice, Erasm se mit à courir vers ses adversaires, une seule chose comptait désormais, les tuer tous. Sautant dans la mêlée comme un chat enragé toutes griffes dehors, Erasm tua plusieurs soldats avant de se rendre compte qu’ils ne pouvaient pas le voir, il était invisible. Profitant de cet avantage, la colère brûlant en lui, il continua de frapper sans pitié les impériaux qui se massaient autour de lui sans savoir où il se trouvait.
    Quand la fatigue le rattrapa, Erasm s’écroula et s’endormit dans la boue, couvert de sang.


    « Mon prince, vous êtes sain et sauf !
    - … Ferdinand.
    - Oui mon prince, c’est moi, en voyant que les ennemis continuaient de tirer j’ai compris que quelque chose n’allait pas, alors j’ai foncé à votre secours mais je ne vous ai pas vu, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur vous, endormit. Le plus étonnant c’est que vous n’aviez pas une égratignure, tout ce sang était celui de nos adversaires, mon prince, vous êtes un Félin enragé. Mais quand vous dormez vous restez un adorable Bonhomme de Cristal. »


    Erasm ne put retenir un petit rire. Hormis la fatigue, il ne souffrait pas. Quand il se releva néanmoins, il eut un terrible vertige et fut rattrapé de justesse par Ferdinand.

    « Faites attention, Altesse.
    - Je ne suis plus le prince désormais, nous sommes égaux mon ami.
    - Que dites-vous, mon prince, vous serez toujours le plus grand prince que ce monde ait connu. »


    Erasm ne répondit pas, il comprenait son erreur, il avait eu trop confiance en lui et avait préféré une attaque de front à une tactique plus fine pour gagner du temps, résultat la rébellion avait été matée. Que devait-il faire désormais ?

    « A propos, Votre Altesse, vous vous souvenez de Tyrael Almerys ? Il est mort, mais il a créé une école pour les mutants en Irlande qui forme aussi une armée appelée l’Armée Inquisitoriale, l’Ordre Inquisitorial est un ensemble de mutants très puissants qui régissent les rapports mondiaux et sont garants de la paix et de la liberté, selon leurs propres termes. Bien sûr votre père a refusé l’alliance, mais vous, vous pouvez vous y rendre pour apprendre à utiliser votre don ainsi quand vous reviendrez nous écraserons l’Empire Français. »


    Erasm acquiesça d’un hochement de tête. En vérité cette nouvelle était la bienvenue, n’ayant plus rien à faire en France pour le moment, faire un petit tour dans cette école pouvait être une bonne idée. Il demanda à Ferdinand de faire se rassembler les hommes en Allemagne, puis de les faire aller en Irlande où ils s’engageraient dans l’Armée Inquisitoriale jusqu’à ce qu’il soit prêt, alors ils repartiraient avec un vrai démon pour prendre le pouvoir de l’Empire Français. Quant à Ferdinand, il fut invité à rester auprès du prince déchu pour le protéger …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damaris L. Sil'Maya
{ Mère Inquisitrice }
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : .
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |   Ven 25 Avr - 15:05

    Re-Bienvenue Erasmous ! Je t'épargne pour le code x)

    Fiche Validée

    Re-Bon RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sa Majesté le prince Erasmus De Krystal | Terminée |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Une caméra parking Horizon et Krystal
» Sécurité Krystal
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surion :: Hors rp :: Présentations :: Elèves-
Sauter vers: