AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Liz Curtis

Aller en bas 
AuteurMessage
Liz Curtis
Elève de Kisuke
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 27
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : A remplir
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Présentation de Liz Curtis   Mer 30 Avr - 12:07

Nom : Curtis

Prénom : Liz

Age : 17 ans


Physique : Liz est plutôt grande et fine d’apparence, sa peau blanche pourrait lui donner un aspect cadavérique, néanmoins elle a plus l’apparence d’une poupée que celle d’un cadavre. Sur son visage deux yeux au regard profond, certains disent même qu’elle a les yeux aussi sombres que le néant. Ses cheveux court, et de la même couleur que ses yeux, sont d’une finesse extraordinaire. Le reste de ce qui compose son visage comme son nez ou ses oreilles sont plutôt discrets mais lui donne un certain charme. Passons à sa tenue vestimentaire, Liz n’est pas compliquée à ce niveau là elle porte souvent un jean avec un petit haut de préférence de couleur sombre, elle n’est pas du genre à vouloir attirer les regards sur elle. Il lui arrive parfois d’être en uniforme d’écolier ou même en jupe mais c’est plutôt rare. Pour terminer sa description physique elle à un tatouage rouge sang tatouer dans le milieu de son dos.

Caractère : Liz est plutôt discrète, elle n’aime pas qu’on la remarque, se faire silencieuse et observer sont les choses qu’elle aime le plus faire. Son caractère peut varier radicalement en fonction de la personne qu’elle a en face, elle peut se montrer agréable à l’écoute et douce et au contraire avec les gens qu’elle n’aime pas voir qu’elle méprise, se montrer hautaine, sarcastique ou voir sadique à l’extrême. Elle aime utiliser son apparence innocente et angélique pour camoufler son intelligence et son désir ardent d’atteindre la perfection de son don. Assez têtue, lorsqu’elle à une idée dans la tête elle ne la pas ailleurs. Notre jeune mutante est également rancunière, il suffit d’un instant, d’un acte pour qu’elle vous porte ou non dans son cœur, elle à bonne mémoire et se souviendra si vous lui avez fait du mal ou du bien, si vous lui nuisez ou non. Elle aime les gens puissant et les respecte, elle admire quelque part les inquisiteur et rêve d’atteindre leur niveau… elle donnera tout pour y arriver.

Relation avec les humains normaux ou avec les mutants : Elle n’a confiance en personne…

Don : Le soleil et la lune sont les deux astres qui joueront un rôle principal à sa mutation. Aussi différente le jour que la nuit Liz peut devenir aussi translucide et invisible qu’un esprit lorsque la lune fait son apparition et sa peau aussi dur que le diamant lorsque c’est au tour du soleil de prendre place dans le ciel.

Avant l’évolution : Lors de ses toutes premières transformations, se sont plus ses sentiments qui les ont fait se révéler, mais cela ne dure pas, comme le fait que sa peau lors de sa mutation pour la première fois devienne noire, cela n’a été que lors de sa première utilisation de son don. A présent ce ne sont plus ses sentiments qui contrôlent son pouvoir. (évolution acquise et plus valide)


Première évolution : -Lorsque le soleil se lève la peau de Liz secrète un liquide, qui la recouvre d’une fine couche, jusqu'à la pointe de ses cheveux. Elle est alors d’apparence normale, mais sa peau est alors aussi dur que le diamant, elle peut donc subir un choc physique puissant elle ne sera que projeté sans rien ressentir… Elle ne crin donc pas les attaques du aux éléments comme le feu, l’eau, l’air et la terre… sauf si c’est dernier arrivent à pénétrer son corps. A ce stade Liz ne peut éviter sa transformation, et souffre lorsque ce liquide recouvre son corps (évolution acquise)

-Lorsque la lune apparaît, sa carapace du jour s’évapore et laisse place à un autre liquide qui lui, la rend translucide et invisible, une personne normale ne peut la voir, par contre à ce niveau une personne à l’oui fine pourra la percevoir, même si il ne pourra l’atteindre car son corps est alors traversable par n’importe qu’elle matière, elle peut ainsi traverser tout et n’importe quoi. Cette transformation est aussi inévitable que celle du jour, et lui inflige autant de douleur (évolution acquis).

Deuxième évolution : -Au levé du jour, son corps subit la même transformation, et la douleur lors de cette mutation est toujours aussi vive sauf qu’elle arrive avec une extrême concentration à annuler sa transformation, la dureté de son corps sur certaines parties de son corps (évolution acquise).

-A l’arrivée de la lune, sa mutation est toujours la même comme pour le jour, la douleur est toujours présente, sauf qu’elle arrive à se rendre visibles et touchable pendant quelques minutes, mais uniquement avec une concentration sans failles et uniquement sur une petite surface de son corps (évolution acquise)

Troisième évolution : -Elle arrive à présent, le jour, à rendre son corps en entier normal et peut ainsi rentre en un instant sa peau aussi dur que lors de sa 1er évolution. Même si la douleur ne quitte pas son corps lorsque celle-ci ordonne à son corps de muter ou d’annuler la mutation. (Non acquise)

-Quand à la nuit, son corps, comme pour le jour, peut se rendre visible et perdre sa translucidité. Elle peut donc également retransformer son corps à sa guise, en subissant toujours la même douleur. Elle a également la possibilité de se rendre visible et translucide ou invisible et devenir touchable. Elle peut donc comme elle le souhaite annuler ou non ses mutation. (Non acquise)

Quatrième évolution : -Aussi bien le jour que la nuit, son corps peut comme elle le souhaite perdre ou garder sa mutation sauf que la douleur qui la hante a elle aussi à disparu, elle peut donc se transformer comme elle peut sans subir toutes ces souffrances se transformer ou non. (Non acquise)

Cinquième et ultime évolution : - A ce stade Liz à la capacité de se rendre translucide, invisible et avoir sa peau aussi solide qu’elle le désire, que ce soit le jour ou la nuit, elle peut également mélanger ces trois transformation comme elle le souhaite, sans difficultés aucunes. Les attaques physiques n’ont donc plus aucun effet sur elle car à ce stade son corps la transforme automatiquement, c'est-à-dire qu’en percevant un danger celui-ci lui fait subir la transformation appropriée que ce soit, l’invisibilité, la translucidité, ou la dureté de son corps. Elle aura donc besoin d’aucune concentration nécessaire quelle doivent se défendre ou attaquer. (Non acquise)


Défaut du don : Au début les défauts de son don, sont le fait qu’elle doive le subir en permanence et l’atroce douleur qui l’envahit à chaque douleur. Apres la chose qui la suivra peut importe l’évolution sera le fait que son corps s’abime et qu’elle ne vivra donc à cette allure pas plus de 60 ans … Ce qui est très peut pour l’époque actuelle =).

Qualités : Intelligente… Patiente…Perfectionniste


Défauts : Sadique… Rancunière… Parfois incontrôlable

Comment avez-vous connus le forum ? Alors en fait je connais quelqu’un qui a une frère et ce frère est mariée avec une femme qui a un cousin qui lui-même a son père qui éprouve une affection particulier pour un chien dont son maitre travaille à la poste et cet homme a donc un client qui lui-même à en tout 4 voisins d’on un de ses 4 voisins participe à des forums… et ce cher homme à apprit à son neveu ce qu’était le Rp et ce dernier ma entrer sur msn par erreur en croyant que j’était la correspondante russe de sa sœur qui habite en ce moment en Italie. Et ma envoyer le site de ce forum x_x. XD je suis ravie d’être parmi vous n_n.

Que pensez-vous du design ? Très jolie, les couleurs chaudes sont bien choisies et donne un chouette aspect au forum ^^

CODE = Validé par Damaris



Dernière édition par Liz Curtis le Mer 30 Avr - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Curtis
Elève de Kisuke
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 27
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : A remplir
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Présentation de Liz Curtis   Mer 30 Avr - 12:08

Histoire : Je suis née dans un hôpital d’Irlande, je n’en ai évidement aucun souvenir mais d’après mon père c’était un lieu gigantesque dans lequel se croisait morts et naissances. C’est dans une chambre quelconque que ma mère est décédée en me donnant la vie. Quelle sensation étrange de se dire que la personne qui vous à mise au monde est morte en vous laissant sortir de son corps. Bref passons cet évènement qui n’a aucune importance pour moi ni pour mon père, car en effet cet homme qui d’après mon carnet de naissance est mon père, ne ma finalement jamais parlé de lui ni de ma mère. Je ne connais donc pas ceux qui m’ont crée. Mais au début quand on est un jeune enfant toutes ses choses nous passent au dessus de la tête même si petit à petit on comprend très vite, et moi j’ai commencé à comprendre dans le cours de ma huitième année, j’avais toujours fermé les yeux jusqu'à ce jour, mais tôt ou tard il faut les ouvrir. Tati Marie, ma nourrice, c’était ainsi qu’on l’appelait, était venue me chercher à l’école et je m’apprêtais à rentrer dans le bureau de mon père pour lui montrer le dessin que j’avais fait pour lui , il faut préciser qu’il travaillait depuis bien longtemps sur le projet de construction d’un immense bâtiment, car étant Architect réputé il se devait de conserver cette renommé et d’après lui ce plan aurai un succès certain… j’arriva donc derrière mon père qui continuait toujours son plan sans relâche et j’agrippa son pull de ma petite main encore faible et frêle avant que ce dernier ne se retourne brusquement et me projeta au mur.

« Liz combien de fois je t’ai répété de ne pas entrer dans mon bureau quand je travail ! Tu le sais pourtant non ?! »

Je regardais mon père les larmes aux yeux, lui qui m’ignorait depuis ma naissance, me fit comprendre en cet instant que jamais il ne m’accorderai la moindre importance… J’étais juste l’enfant de la femme morte qu’il avait aimé, il y a si longtemps… Je me relevai alors et je serrai de toutes mes forces le dessin avant de le chiffonner, pour le jeter au sol.

« Je te déteste ! Tu ne me regarde jamais, je ne te connais que de dos, pourquoi m’ignores tu comme cela, qu’ai-je fais ? Tu m’en veux d’avoir pris la vie la vie de maman à ma naissance… ? »

Je prononçai alors le mot de trop, mon père se leva alors le visage crispé par la colère, il leva le bras en ma direction et me frappa, me frappa encore et encore, mon corps sentait au fur et à mesure et de plus en plus fort les nombreux coups qu’il m’infligeait, jusqu’a ce que une douleur encore plus forte enveloppa mon corps. Chaque centimètres de ma peau me brûlait et je hurlais de tout mon être, mon père se recula alors ne comprenant pas et je sentie comme un liquide brulant me recouvrir, je ne bougeât plus durant quelques minutes et mon père immobile me regarda comme si mon apparence avait changée comme si j’était devenue un monstre… La douleur se dissipait peu à peu et mon père ne cessait de me regarder avec dégout. En effet, mon corps était devenu aussi noir que le néant, seul le blanc de mes yeux ressortaient, je ne comprenais rien, je ne savais que faire, je levai alors les yeux vers mon père qui recula d’un pas avant de me lancer.

« Mon dieu, qu’elle créature ta mère à telle mise au monde, elle aurait mieux fait de rester en vie plutôt que de laisser sortir de son corps ce monstre que tu es… Tu me dégoutes, SORS DE MA MAISON ! VAS T’EN OU JE TE TUE ! »

Mon père attrapa alors un couteau qui se trouvait dans le tiroir de son bureau, il le dirigea vers moi, avec un regard de haine comme je n’en avais jamais vu, à cet instant je ressentis dans le fond de mon corps de nombreux sentiments tous se mêlaient à mon être, la colère, la tristesse, la peur, l’envie que tout cela cesse… Mon père arriva alors en face de moi et je vis alors la pointe de la lame se rapprocher de mon front, je fermai les yeux, comme acceptant ma mort… Je refusais de bouger… Après tout à quoi bon vivre dans un monde ou vous n’avez aucune utilité… Le couteau rentra lors en contact avec mon front, je crispai un instant les yeux comme pour essayer de ne pas ressentir la douleur, mais à cet instant l’arme fut stoppée… J’ouvris alors les yeux et le couteau tomba se planter dans le sol… Il n’avait pas pénétrer ma peau. Mon père recula alors à nouveau, abasourdit par ce qui venait de se passer.

« Que… Comment… Comment cela est-il possible ?

De rage, il sauta sur le couteau qui était toujours sur le sol et moi toujours debout, je ne réagissais toujours pas, il bondit alors sur moi, pour se retrouver sur mon corps allonger, il tenta alors de planter la lame dans mon cou, mes épaules, ma poitrine, mon ventre mais rien ni faisait, l’arme ne pénétrait pas mon corps. Quand à moi voyant mon père s’acharner sur mon corps j’attrapa ses poignets et je hurlai.

« ARRETES ! ARRETES !!! »

En l’espace d’un instant je broyai ses poignets comme s’il s’agissait d’un gobelet en plastique. Je le lâchai et lui rampa jusqu'à l’autre bout de la pièce en hurlant… Terrorisée qu’il retente quoi que ce soit je me levai couru ver lui et lui mis un coup, puis un autre je ne m’arrêtais plus et je voyais de son visage jaillir du sang. Je ne sais pas combien de temps je l’ai frappé mais il n’avait plus rien d’humain, son visage semblait complètement démolie et mon corps sombre comme le charbon, était tacheté de son sang salle, ce sang qui coulait dans mes veines…

Essayant de me calmer, j’entrai dans la douche me rincer de tout ce sang, voyant ma peau peu à peu reprendre sa couleur originelle. A la fin de ma douche, ma peau semblait comme avant néanmoins elle avait gardé sa résistance incroyable. Je retournais après dans la salle ou se trouvait le corps de mon père… Qu’allais-je faire à présent, j’avais tué cette homme, et il était la seul personne que je connaissais… Quelques heures plus tard, la police arriva, alertée par les voisins… Personne ne sut ce qui c’était passé… Personne ne sut que c’était moi qui avais massacré mon père. Peu de temps après la police emporta le corps de mon père, et après leurs nombreuses questions, je fus placée dans une famille, ce fut rapide, je savais juste que cette famille était composée d’une mère d’un père et de leur fils de 9 ans. Peut être ses gens la m’accepteraient, moi petite fille à la peau de diamant…

J’arrivai donc chez eux, je fus évidement bien accueillit dans cette famille qui savait que mon père avait été tué sous mes yeux, ignorant qui avait commis le crime. Tout ce passait bien, j’avais une nouvelle famille, une nouvelle école dans laquelle je me ferais des amis.

Le temps passa à son allure, soit trop vite soir trop rapidement en fonction des moments. Mais tôt ou tard on ne peut plus cacher son secret, quatre années passèrent et j’avais toujours tout fait, pour garder une certaines distance entre eux pour pas qu’ils découvrent les capacités extraordinaire de ma peau, il est vrai qu’elle n’avait pas changé depuis la dernière fois, elle avait l’apparence d’une peau normal mais elle ne s’abimait pas, elle ne pouvait être traversé par quoi que ce soit. Et même si j’avais eu du mal j’avais tout fait pour que ma nouvelle famille ne découvre pas mon secret. Mais un jour dans ma douzième année, je rentrais avec le fils de ma mère adoptive, que je considérais comme mon frère, et c’est en traversant que je me fis renverser par une voiture, celle-ci roulait si vite que lorsqu’elle rentra en contact avec moi, je fus projetée à plusieurs mètres avant de retombé dans d’un coup contre le bitume. Mon frère hurla alors croyant que j’étais morte, il courut vers moi de plus belle avant de venir s’agenouiller prés de moi, qui regardait le ciel, je croyais aussi que ce coup me serrait fatal, mais je ne ressentais absolument aucune douleur, je n’étais même pas sonnée.

« Liz ! Liz répond moi !! S’il te plaît ne mœurs pas ! Restes avec moi ! »

Je me redressai doucement sous les yeux ébahis de mon frère, qui me serrait la main. Je lui souris alors.

« Je vais bien Valentin, merci, ne t’inquiète pas »

Je me relevai alors, et lui me regardait la bouche ouverte, pas grand monde avait vu la scène, une jeune femme commençait à composer le numéro des urgences, mais elle lâcha rapidement son téléphone avant de s’approcher de moi pour me demander si j’allais bien, elle aussi était pale ne comprenant pas comment j’avais pu survivre à un tel choc. Je la remercie pour tant d’attention et voyant que le conducteur de la voiture avait prit la fuite avec celle-ci, je continuai ma route avec Valentin qui marchait lentement et silencieusement derrière moi. Je m’arrêtai alors bien décidée à ce que ce malaise cesse.

« Moi non plus je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas pourquoi ma peau ne crin aucun choc… Ca m’est déjà arrivé une foi dans le passé, avant de venir m’installer ici »

Valentin me rattrapa et m’attrapa la main avec un sourire.

« Se sera notre secret, je promets de ne pas en parler à maman et à papa, mais tu me montreras encore dis comment tu fais toute ses choses…? »

J’acquiesçai d’un signe de tête avant de continuer le chemin pour rentrer à la maison. Valentin tint évidement sa parole et cet évènement fut considéré comme inexistant. Le temps continua à passer et je montrais alors à mon frère tout ce que j’étais capable de faire avec mon corps, montrer sa résistance et ses capacités hors du commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Curtis
Elève de Kisuke
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 27
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : A remplir
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Présentation de Liz Curtis   Mer 30 Avr - 12:08

Quatre années passèrent à nouveau et je grandissais moi aussi avec le temps, en passant de merveilleux moment en compagnie de mon frère avec lequel je devenais de plus en plus proche. J’ignorais alors que ma mutation n’était pas terminée. Je sortais de mon cour de kendo en compagnie de mon frère ca faisait 3 ans que ça nous passionnait et puis pouvoir se mesurer l’un à l’autre à travers l’art du maniement du sabre était plutôt rigolo. La nuit commençait à tomber doucement, lorsque je poussai la porte d’entrée, je ne compris pas de suite ce qui se passait, il faisait noire, et apparemment personne était rentré.

« Papa, maman, Valentin et moi sommes rentré, vous êtes là ? »


Aucun signe de vie je me dirigeai de mon coté vers ma chambre pour y poser mon sac. Je sortis quelques minutes après pour prendre ma douche, je ne savais pas encore ce qui se passerait et pourquoi mes parents n’étaient pas là. J’allumais l’eau et commença à me laver j’étais tranquille, lorsque d’un coup on défonça la porte de la salle de bain, je n’eu pas le temps de me retourner, qu’aussitôt on me recouvra l’a tête d’un petit sac noir, j’étais perdue, je ne bougeais pas en priant pour que mon don me protège puis, après avoir descendu les marches de l’escalier avec mes ravisseurs qui me tenaient chacun par un bras j’entendis alors la voix de valentin.

« Elle fait partie de notre famille maintenant, je vous en supplie père, mère laissez là »

Mais que ce passait t’il je commençais à m’agiter dans tout les sens pour repousser les deux personnes qui me tenait mais contrairement à d’habitude, ma force et ma résistance semblait s’être évanouie… On m’enleva la cagoule après m’avoir attaché à un lit. Je vis alors à ma grande surprise, ma mère et mon père, ce dernier tenait valentin par le bras, il était en pleur. Je lui jetais un regard désespéré lui demandant ce qui se passait.

« Valentin, explique-moi ? Qu’est ce qui ce passent pourquoi maman et papa m’ont-ils attaché à ce… »

Mon père me coupa alors.

« Nous ne sommes pas tes parents et nous n’avons jamais été tes parents, tu as été surveillé depuis la mort de ton père… Craignant que tu étais une mutante, les forces de polices nous ont confié ta garde, en nous donnant l’ordre de te tuer si tu t’avéras avoir des capacités hors norme, hélas, la deuxième fois que tu avais manifesté ce don, Valentin était bien jeune pour nous expliquer ce qu’il c’était passé, lui aussi à grandit et à su développer son don, maintenant toi qui à tuer ton père tu dois payer tes fautes, et nous sommes ceux qui allons te faire payer. »

J’essayais de comprendre… Depuis tout ce temps sans que je me doute de rien, on m’avait espionné et la personne que j’aimais plus que tout au monde, mon frère m’avait trahit et il avait permis à ses gens de me faire tomber dans ce piège si stupide… Mais le plus inquiétant était que je n’arrivais pas à me défaire de mes lien, moi qui d’habitude si résistante je n’arrivais a rien… Je compris rapidement ce qui se passa, lorsque ma mère un scalpel à la main s’approcha de moi.

« A quoi bon essayer de te défendre ? Tu es totalement inoffensive à présent tant que Valentin ne te lâchera pas du regard, tu ne pourras pas utiliser ton don… HAHAHA, c’est tragique mais il en est ainsi ma petite Liz. »

Elle s’avança un peu plus déposa le scalpel sur ma joue et je le sentis petit à petit traverser ma peau, du sang s’écoulait alors lentement de mon visage avant de s’éclater en fines gouttes sur le sol. C’était la première fois depuis près de 8 ans qu’une goutte de sang n’avait pas quitté mon corps. Mon cœur battait à vive allure, je commençais à paniquer face à la situation qu’allais-je faire à présent, Valentin annulait ma résistance, je n’avais aucun moyen d’appeler de l’aide et la nuit était à présent tombée. Je jetais désespérément des regards de détresse à mon frère qui, me fixait pour pouvoir maintenant mon don tranquille, les yeux emplis de larmes. Ma mère enleva le scalpel de ma joue pour le diriger vers mon ventre… La scène semblable il y a 8 ans semblait se répéter à nouveau. Je tremblais de tout mon être lorsque je sentis le scalpel rentrer doucement dans mon ventre, millimètre par millimètre… Je me retenais de crier, lorsque une autre douleur beaucoup plus intense survint sur le bout de mes pieds, Je ne comprenais rien, que ce passait-il cette douleur était semblable à celle lors de ma première mutation… Mais il ne fallait pas rêver Valentin ne me quittait pas du regard. La douleur envahissait mes jambes puis mon bassins, mon ventre ensuite mes seins jusqu’au sommet de mon visage, la douleur était aigue, et je ne pus m’empêcher de bouger dans tout les sens, je fermais les yeux et tentais de me débattre et de faire disparaître cette douleur qui me rendait folle. C’est alors que je vis, ma mère se reculer, lâcher la lame, et sur son visage ainsi que sur les deux autres pouvait se deviner de la surprise… J’étais totalement perdue, enfin la douleur était passée et je commençai à regarder mon corps pour voir si la blessure sur mon ventre était profonde. Je pense que je du rester quelques secondes bouche bée sur mon corps qui semblait avoir disparut, j’étais devenu invisible. Mais cela ne réglait pas mon problème, j’étais toujours attachée et voyant les liens toujours en place autour de mes poignets eux aussi, mes parents auraient vite fait de savoir que j’étais toujours allongée. Je tirais les liens dans tout les sens pour essayer de m’enlever de la lorsque mon père cria.

« ELLE EST LA ! »

C’est alors qu’il bondit sur moi attrapant le scalpel prêt à me le planter dans le ventre, terrorisée les secondes semblaient des heures, j’étais condamnée à mourir sur se lit… Mais avant que mon père n’ait atterrit sur mon corps, en l’espace d’un instant, je vis mon frère qui s’interposa entre moi et lui. Le scalpel le traversa lentement, et en un cri il tomba sur mon moi, il respirait toujours lentement et sentait peu à peu la vie le quitter, comment étais-ce possible toute la haine que j’avais pu ressentir ces dernière minutes pour lui s’envola et une gigantesque peine m’envahit, je n’en pouvais plus je voulais que tout cela se termine, mais non ce n’était pas finit. La douleur prit procession à nouveau de mon corps, j’essayais tant bien que mal de retenir mes cris, pendant que les deux parents semblaient tétanisés à la vu de leur fils allongé se vidant petit à petit de son sang. La douleur semblait elle de son coté s’affaiblir, temps mieux car j’atteignais mes limites, priant pour que mon invisibilité dure, je sentis alors doucement la corde qui nouait mes poignets, glisser comme si elle me traversait. Je me retrouvais alors libre tandis que Valentin semblait mourir dans d’atroces souffrances sur le sol… Cette vision me rendait malade, je m’apprêtai alors à attraper la poigné pour quitter la chambre, mais je tombai à travers la porte… Mon corps était à présent totalement translucide et invisible. Je ne cherchais pas à comprendre, je m’enfuyais de la maison traversant murs après murs, jusqu'à route, il pleuvait dehors le tonnerre grondait et malgré cela on put entendre de la maison le cri de ma mère.

« REVIENS JE VAIS TE TUER DIS MOI OU TU ES !!! »

Terrorisée je continuais de courir le long de la route, la pluie traversait mon corps toujours invisible et translucide, j’étais essoufflée mais je ne m’arrêtais pas. Je passai la nuit à marcher le long de cette route interminable qui menait au village voisin. La lune commençait à disparaître de l’horizon, c’était un spectacle magnifique, il n’y avait personne dans les rues à cette heure là, lorsque soudainement alors que je ne m’y attendais pas, la même douleur aigue, qui m’avait déjà surprise plus d’une fois, recommença à prendre procession de mon corps tout entier. Je m’accroupie alors me tordant légèrement dans tout les sens, le soleil ne traversait alors plus mon corps, qui recommençait à devenir visible… Mais à mon grand malheur j’étais toute nue et je n’avais pas pris la peine de m’habiller tellement j’avais eu peur. Mon corps était à présent en entier visible, ma peau quand à elle avait retrouvée sa résistance à mon grand soulagement. De peur que quelqu’un me voit comme cela, j’entra dans le hall d’un immeuble en espérant trouver une solution… J’étais accroupis dans un coin la tête posée sur mes genoux, j’étais épuisée, tout cela m’avais fatigué… C’est alors qu’inconsciemment je m’endormis dans un coin de l’entré de cet immeuble.

Je ne sais pas combien de temps passa mais quand je me réveillai j’étais dans un lit, j’étais en pyjama et qu’elle sensation étrange dans cette pièce ou les volets étaient à peine tirés ou la pénombre était si relaxante… Je me levais et sorti de mon lit, une paire de chaussons étaient au pied du lit, je les enfilais doucement, tout semblait préparé à ma venu… Je poussai doucement la porte lorsque j’entendis une voix légèrement grave, c’était une voix de veille femme.

« Eh bien ma petite tu devais être bien fatiguée pour dormir autant de temps »

Je levai alors les yeux et vit une petite vieille femme qui devais m’arriver à l’épaule, elle semblait faible mais bizarrement sa voix annonçait toute le contraire… Le plus étrange était que cette personne flottait dans les airs.

« Voyons, pourquoi es tu si surprise de me voir voler, tu as bien un don surprenant, toi aussi, non ?

Je restais sur place et continuais de l’observer.

« Comment savez-vous et comment suis-je arrivée ici ? »

J’attendais en effet des réponses car je trouvais tout cela bizarre.

« Tu étais toute nue dans le hall de cet immeuble, heureusement que je suis sortie la première ce matin, sinon tu aurais été découverte et les autres voisins t’auraient surement conduit à la police. »

Je me frotta la tête en signe de gène, je n’avais apparemment pas de quoi me faire des soucis, mi à part le fait que la chambre semblait avoir été préparé avant mon arrivé ici…

« Je vous remercie beaucoup, mais pardonnez ma question… »

A ce moment la vieille femme redescendit au sol et elle me coupa aussi sec.

« Tu te poses la question de savoir, pourquoi la chambre des ton arrivée semblait déjà prête comme si j’attendais ton arrivée ? En effet j’attendais ton arrivée la est mon don, j’arrive à prévoir certaines choses du futur… Je t’attendais donc, et je te propose si tu le souhaite de rester ici dans la chambre de ma fille. »

Qu’elle faculté hors du commun cette petite vieille était surprenante, son don était des plus impressionnants et des plus intéressants. En plus de cela elle me proposait de rester ici, je n’avais pas le choix, je devais accepter sa proposition.

« J’accepte votre proposition, madame, mais dite moi pourquoi emprunterais-je la chambre de votre fille ? »

Elle s’avança vers moi et posa sa main faible et frêle sur mon épaule avant de me passer devant.

« Ne t’inquiète pas pour cela ma fille est décédée il y a bien longtemps. Bon en attendant désire tu une boisson chaude pour te réchauffer de cette longue nuit ? »

J’acquiesçai et je la suivis dans la cuisine, elle prépara le chocolat chaud que je lui avais demandé et elle s’assit en face de moi.

« En échange de ton logement ici, je souhaiterai une chose, c’est que tu puisses améliorer ton don, pouvoir apprendre à le contrôler, du moins mieux le connaître. »

Evidement il fallait s’en douter, il y avait une contre partie, enfin cela ne me dérangeait pas et elle semblait y tenir, j’acceptais et je commençais donc mon entrainement ici, chaque jour un entrainement aussi bien physique qu’intellectuel, et de compréhension sur mon don. C’est des mon premier soir que mon donc évolua, en quelque sorte, à présent à chaque levée de jour ma peau avait cette résistance hors du commun et la nuit à chaque voit que la lune prenait la place du soleil, ma peau devenais translucide et invisible… La seule chose qui ne changeât pas c’est cette douleur aigüe lors de chaque transformation et malgré mes efforts pour essayer d’oublier cette douleur, elle ne partait pas.

Le temps passe doucement mais il passa et après six moi, à essayer de contrôler son don, je ne parvins enfin à annuler l’effet de sa transformation, mais cela me demandais une concentration hors du commun et beaucoup d’énergie. Fier de moi la vieille femme semblait heureuse de me voir me donner tant de mal, voir mon caractère s’endurcir. C’est alors qu’un jour elle vient me parler d’une chose qui allait changer ma vie.

« Cela fait maintenant six mois que tu t’entraine sans relâche, tu as beaucoup progressé même si des efforts restes à faire et même si il te reste encore beaucoup de chemins à faire pour pouvoir le contrôler et atteindre la perfection… Pour cela je t’ai inscrite dans une école de surdoué, cette école dont je t’ai déjà parlé, Surion. Tu continueras ton entrainement la bas. »

Je ne savais que dire j’étais heureuse de pouvoir entrer dans cette école, mais cette femme m’avait beaucoup aidé et rester à ses coté m’avais apporté que des bonnes choses. Mais chacun doit suivre son chemin et la semaine d’après je fis mes valises, pour partir, je remerciais infiniment la vieille femme. Et m’en alla à la découverte de cette école à la réputation légendaire : Surion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damaris L. Sil'Maya
{ Mère Inquisitrice }
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Sexe : Fille
Surnom (mutant) : .
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Présentation de Liz Curtis   Mer 21 Mai - 18:03

    Heureusement que je viens voir, il faut prévenir lorsque les modifications sont apportées x)

    Enfin, Fiche Validée

    Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Liz Curtis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Liz Curtis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de l'association IDEAL73
» Présentation du Mouvement Démocrate
» Superbe présentation illustrée des Corons
» Présentation de la Wii Fit
» Présentation de la boutique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surion :: Hors rp :: Présentations :: Elèves-
Sauter vers: